Healthy food

Progrès dans les méthodes de détection précoce du cancer du col de l’utérus | Actualités sur la santé


Cela commence dans le col de l’utérus, la partie inférieure de l’utérus qui se connecte au vagin. Malgré des progrès substantiels en matière de prévention et de traitement, le cancer du col de l’utérus reste le quatrième cancer le plus répandu chez les femmes dans le monde. Dans le monde, environ 604 000 femmes reçoivent un diagnostic de cancer du col de l’utérus chaque année et 342 000 femmes en meurent.

Même si les innovations en matière de détection précoce et de traitements médicamenteux sont encourageantes, la lutte contre le cancer du col de l’utérus nécessite une approche sur plusieurs fronts. Il s’agit notamment de promouvoir un accès généralisé à des programmes de dépistage efficaces, d’encourager la vaccination contre le VPH et de sensibiliser à l’importance de choix de modes de vie sains. Le Dr Nitish Ranjan Acharya, département d’oncologie, HCGPanda Cancer Hospital, partage les méthodes de détection précoce du cancer du col de l’utérus :

Apprenez-en davantage sur le cancer du col de l’utérus, ses types et ses signes avant-coureurs :

Le col de l’utérus est la partie inférieure de l’utérus qui relie l’utérus au vagin. Le cancer du col de l’utérus est généralement causé par le virus du papillome humain (VPH), qui provoque une croissance irrégulière des cellules du col de l’utérus. Même si la plupart des virus HPV disparaissent d’eux-mêmes, certaines souches du virus peuvent persister et provoquer des lésions précancéreuses qui, si elles ne sont pas détectées à temps, peuvent évoluer vers un cancer du col de l’utérus.

Bien que le cancer du col de l’utérus soit considéré comme une entité unique, il peut être divisé en plusieurs types :

• Carcinome épidermoïde – Environ 70 à 80 % des cancers du col de l’utérus proviennent de cellules squameuses. Ce sont les cellules fines et plates qui recouvrent la surface externe du col de l’utérus, également appelée col de l’utérus.

• Les cellules cancéreuses d’adénocarcinome se forment dans les cellules glandulaires situées profondément à l’intérieur du col de l’utérus (appelées endocervix ou canal cervical). Cela représente environ 20 à 30 % des cas de cancer du col de l’utérus. L’adénocarcinome est parfois plus menaçant et destructeur que le carcinome épidermoïde et peut se propager plus rapidement.

• Types rares – Le mélanome, le sarcome et le lymphome sont des types de cancer rares et le cancer du col de l’utérus est moins courant que d’autres parties du corps.

See also  Les stocks de granola poussent l’Europe vers des niveaux records, déclenchant sept comparaisons

Les signes et symptômes avant-coureurs possibles peuvent inclure :

• Saignements vaginaux pendant les règles, après la ménopause ou après un rapport sexuel

• Inconfort pelvien

• Écoulement anormal, qui peut être aqueux, sanglant ou avoir une forte odeur

• Maux de dos inattendus et persistants

Facteurs clés conduisant à l’augmentation des tumeurs malignes du col utérin :

• Infection par le virus du papillome humain (VPH) : les infections sexuellement transmissibles sont principalement considérées comme des facteurs importants dans la croissance des cellules tumorales du col utérin.

• Faible système immunitaire : des problèmes de santé tels que le VIH/SIDA peuvent affecter la capacité du corps à combattre de nombreuses infections.

• Rapports sexuels et partenaires sexuels multiples : Le fait d’avoir plusieurs partenaires sexuels ou d’avoir des relations sexuelles avec une personne infectée augmente le risque d’exposition au VPH.

• Fumer et consommer du tabac : Le tabac endommage le système immunitaire et augmente le risque de persistance du VPH.

Diagnostic et détection précoce :

Un diagnostic et une détection précoces du cancer du col de l’utérus peuvent grandement améliorer les options de traitement. Certaines méthodes efficaces et outils de dépistage de base comprennent :

• Test Pap – Ce test analyse les cellules cervicales à la recherche d’irrégularités pouvant indiquer des changements précancéreux ou cancéreux.

• Test HPV – Ce test détecte la présence du HPV, le virus responsable de la plupart des cancers du col de l’utérus.

Les professionnels de la santé recommandent des examens et des dépistages réguliers. Certaines méthodes de diagnostic avancées offrent de nouvelles façons de détecter le cancer du col de l’utérus.

• Colposcopie : La colposcopie est souvent réalisée en conjonction avec un test Pap. Cette méthode consiste à utiliser une loupe pour examiner les zones suspectes du col de l’utérus.

• Tests Pap en milieu liquide : ces tests offrent une précision temporaire et sont faciles à interpréter par rapport aux tests Pap traditionnels.

Au-delà du diagnostic : considérations alimentaires

• Assurez-vous de consommer des fruits et légumes riches en antioxydants, qui améliorent la forme physique et le bien-être en général.

• Les aliments riches en acides gras oméga-3 jouent un rôle essentiel dans la réduction des infections et dans la promotion de la fonction immunitaire.

• Mangez autant de grains entiers que possible car ils fournissent des fibres, améliorent l’équilibre hormonal et aident à la désintoxication.



Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button