Healthy food

Un nouveau sérum universel pourrait être bientôt disponible, selon une étude


Les serpents tuent 138 000 personnes chaque année et les survivants subissent des blessures et des traumatismes qui changent leur vie

Un serpent clochette est traite pour son venin au Kenya. ——Reuters

Une étude pionnière menée par des chercheurs a réalisé des progrès significatifs vers la création d’un « antivenin universel » capable de contrecarrer les effets du venin de tout serpent venimeux, dialogue dit le rapport.

L’étude, publiée dans la revue Science Translational Medicine, met en évidence la découverte d’un anticorps fabriqué en laboratoire appelé 95Mat5, créé pour combattre une neurotoxine présente dans le venin de plusieurs espèces de serpents à travers le monde.

Les serpents venimeux tuent jusqu’à 138 000 personnes chaque année, et de nombreux survivants, notamment des enfants et des agriculteurs, subissent des blessures et des traumatismes qui changent leur vie.

Les méthodes actuelles de production d’antivenin utilisent des chevaux injectés avec du venin, mais présentent plusieurs défis, notamment la spécificité de l’espèce, une faible puissance et le risque d’effets secondaires graves dus aux anticorps étrangers provenant du cheval.

L’anticorps 95Mat5 nouvellement développé a été testé sur des souris à des doses mortelles de venin et s’est avéré efficace pour prévenir la paralysie et la mort.

Bien que prometteurs, les chercheurs reconnaissent que des anticorps supplémentaires sont nécessaires pour lutter contre les différents types de toxines présents dans le venin de serpent, tels que les hémotoxines et les cytotoxines.

La création d’un antivenin véritablement universel nécessite l’identification d’anticorps supplémentaires capables de neutraliser largement divers types de toxines, conduisant finalement à une solution globale pour les victimes de morsures de serpent.

See also  IHOP propose des crêpes gratuites la semaine prochaine : lutter contre l'insécurité alimentaire

Cependant, des défis subsistent, notamment la nécessité de réaliser des essais approfondis sur l’homme pour garantir l’efficacité et la sécurité, et de surmonter les obstacles au stockage et à la distribution dans les zones où l’électricité n’est pas fiable.

Malgré les obstacles potentiels, cette recherche marque une étape prometteuse vers le développement d’un antivenin plus accessible et plus efficace pour les victimes de morsures de serpent, dans le but ultime de sauver des vies et d’atténuer les symptômes dans le monde entier.



Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button