Healthy food

Quel pays a le taux d’obésité le plus élevé au monde ?


Une analyse de 190 pays montre que le Royaume-Uni se classe au 55e rang pour les hommes et au 87e rang pour les femmes.

Une femme en surpoids est assise sur une chaise à Times Square à New York, le 8 mai 2012. ——Reuters

Des estimations récentes publiées par The Lancet révèlent un problème mondial alarmant, avec plus d’un milliard de personnes dans le monde aux prises avec l’obésité, des pays comme les Samoa américaines ayant les taux les plus élevés, British Broadcasting Corporation dit le rapport.

Les données pour 2022 indiquent qu’environ 880 millions d’adultes et 159 millions d’enfants sont concernés. Il est choquant de constater que les pays insulaires comme les Tonga et les Samoa américaines ont les taux d’obésité les plus élevés, avec 70 à 80 % des adultes souffrant d’obésité.

Une analyse complète de 190 pays a montré que le Royaume-Uni se classait au 55ème rang pour les hommes et au 87ème pour les femmes. L’étude souligne le besoin urgent de changements substantiels pour lutter contre l’obésité. Cette condition augmente considérablement le risque de problèmes de santé graves, notamment les maladies cardiaques, le diabète de type 2 et certains cancers.

En termes de taux d’obésité mondiaux, les États-Unis se classent au 10e rang pour l’obésité masculine et au 36e rang pour l’obésité féminine, tandis que l’Inde se classe au 19e rang pour l’obésité féminine et au 21e rang pour l’obésité masculine. Les femmes chinoises se classent au dernier rang et les hommes au 52e rang.

Le professeur Majid Ezzati de l’Imperial College de Londres a souligné l’impact de l’approvisionnement alimentaire et du marketing agressif d’aliments malsains dans certaines régions, en particulier dans les pays insulaires. Il s’est dit surpris de l’évolution rapide de la situation mondiale vers une crise de l’obésité.

See also  Adam Montgomery a mangé du fast-food après le coup mortel porté à sa fille Harmony Montgomery, 5 ans : procureurs

L’étude, de 1990 à 2022, a montré une multiplication par quatre des taux d’obésité chez les enfants et les adolescents. Chez les adultes, l’incidence a plus que doublé chez les femmes et presque triplé chez les hommes. Notamment, même si la proportion d’adultes souffrant d’insuffisance pondérale dans les communautés pauvres existe toujours, la proportion d’adultes souffrant d’insuffisance pondérale a chuté de 50 %.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a souligné la nécessité de prévenir et de gérer l’obésité dès le plus jeune âge. Il a souligné l’importance de la collaboration entre le gouvernement, les communautés et le secteur privé pour prendre des mesures efficaces.

Le co-auteur, le Dr Guha Pradeepa, de la Madras Diabetes Research Foundation, a souligné le défi mondial que représente l’aggravation de la malnutrition. Le changement climatique, la pandémie de COVID-19 et les conflits tels que la guerre en Ukraine entraînent une augmentation de la pauvreté et une hausse des prix des aliments nutritifs, ce qui a un impact sur les problèmes mondiaux d’obésité et d’insuffisance pondérale.

L’étude, impliquant plus de 1 500 chercheurs, souligne l’urgence d’efforts collectifs pour faire face à cette crise sanitaire complexe et pressante.



Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button