Brain health

La vitesse de parole, un indicateur important de la santé du cerveau • Earth.com


À mesure que nous vieillissons, la parole ralentit et trouver les bons mots peut devenir encore plus lent, ce qui soulève des inquiétudes quant au déclin cognitif et aux problèmes possibles. Démence.

Cependant, des recherches récentes de Boulangerie et Université de Toronto apporte une nouvelle perspective à la question, suggérant que la vitesse de parole peut en dire plus sur la santé de notre cerveau que la difficulté occasionnelle à trouver les mots – un phénomène qui pourrait bien être un aspect standard du vieillissement.

La vitesse de parole, un indicateur du déclin cognitif

Cette étude innovante est l’une des premières à explorer la relation entre les variations naturelles de la parole chez les adultes en bonne santé et leur parole. santé du cerveau.

Le Dr Jed Meltzer est titulaire de la Chaire Baycrest Canada en neurosciences cognitives interventionnelles et auteur principal de l’étude.

“Nos résultats suggèrent que les changements dans la vitesse de parole générale peuvent refléter des changements dans le cerveau”, explique le Dr Jade.

“Cela suggère que la vitesse de parole devrait être testée dans le cadre d’évaluations cognitives standard pour aider les cliniciens à détecter plus rapidement le déclin cognitif et pour aider les personnes âgées à supporter leur déclin cognitif. santé du cerveau En vieillissant. “

Méthodologie : Des jeux d’images à l’analyse de l’intelligence artificielle

Dans l’étude, 125 volontaires sains âgés de 18 à 90 ans ont subi trois évaluations différentes.

Le premier impliquait un jeu de dénomination d’images conçu pour tester les capacités de reconnaissance et de mémorisation des participants dans des situations distrayantes.

Par exemple, lorsqu’on leur a montré l’image d’une vadrouille, on a demandé aux participants par quelle lettre elle se terminait, tout en étant distraits par le mot « balai ».

La deuxième évaluation demandait aux participants de décrire des images complexes pendant 60 secondes, leurs schémas de parole étant déterminés par Laboratoire de Dongguang. L’analyse s’est concentrée sur la vitesse de parole et la fréquence des pauses.

Enfin, les participants ont complété un test de rubrique capacité mentale Par exemple, on sait que les fonctions exécutives, notamment la gestion d’informations contradictoires et le maintien de la concentration, diminuent avec l’âge.

Au-delà de la vitesse de parole : décoder la cognition

Comme on pouvait s’y attendre, certaines capacités, notamment la vitesse de recherche des mots, diminuent avec l’âge. Cependant, cette étude a révélé un résultat surprenant.

Le déclin de la capacité à reconnaître et à nommer des images n’était pas associé à un déclin des autres capacités intellectuelles. Au lieu de cela, le facteur clé n’était pas la fréquence des pauses pour chercher des mots, mais la vitesse globale d’expression, qui est liée à la fonction exécutive.

Cette découverte suggère que même si de nombreuses personnes âgées s’inquiètent de faire une pause pour trouver des mots, de telles pauses font partie du vieillissement normal.

Au lieu de cela, un ralentissement général du discours pourrait être un indicateur plus important des changements sous-jacents dans l’économie. santé du cerveau.

À l’avenir, l’équipe recommande de mener des études longitudinales pour vérifier si la vitesse de parole prédit effectivement la santé du cerveau au fil du temps.

Ces résultats pourraient ouvrir la voie au développement d’outils de détection précoce du déclin cognitif, permettant aux cliniciens de développer des interventions qui soutiennent ou améliorent la santé cérébrale des personnes âgées.

La clé pour débloquer les soins cognitifs précoces

En résumé, cette étude illustre le rôle de la vitesse de parole dans la mesure santé du cerveau En vieillissant, nous remettons en question nos notions antérieures de concentration sur la recherche de mots.

En démontrant que la vitesse globale de la parole, plutôt que la fréquence des pauses, prédit avec plus de précision le déclin cognitif, les chercheurs ont jeté un nouvel éclairage sur les stratégies de détection et d’intervention précoces.

Cette idée atténue les inquiétudes courantes chez les personnes âgées concernant le processus naturel de vieillissement tout en aidant les scientifiques à développer de nouvelles façons de maintenir et d’améliorer la fonction cognitive.

See also  Plus que de simples bienfaits physiques

En fin de compte, ces outils garantiront que nous adopterons une approche proactive de la santé cérébrale plus tard dans la vie.

Plus d’informations sur la vitesse de parole

Comme mentionné ci-dessus, la vitesse de parole, c’est-à-dire la vitesse à laquelle nous prononçons les mots pendant la parole, peut affecter considérablement l’efficacité de la communication. C’est un élément clé pour transmettre le message, l’émotion et l’intention.

En comprenant et en ajustant la vitesse de notre discours, nous pouvons améliorer nos interactions verbales, les rendant plus engageantes et compréhensibles.

Facteurs affectant la vitesse des appels

Les normes culturelles jouent un rôle clé dans la rapidité avec laquelle nous parlons. Certaines cultures considèrent le fait de parler vite comme un signe d’intelligence et de confiance, tandis que d’autres préfèrent un rythme plus lent, l’associant à la prévenance et au respect.

Les émotions affectent directement la rapidité avec laquelle nous parlons. L’excitation et l’anxiété peuvent accélérer notre discours, tandis que la tristesse ou la rumination peuvent nous ralentir. Reconnaître cela peut nous aider à mieux interpréter le contexte émotionnel d’une conversation.

La nature et les circonstances de notre auditoire déterminent grandement le rythme de notre conversation. Les environnements professionnels peuvent nécessiter un rythme de parole plus prudent pour garantir la clarté et la formalité, tandis que les environnements informels permettent un rythme de parole plus rapide et plus détendu.

L’impact de la vitesse de parole sur la communication

La rapidité avec laquelle nous parlons peut faciliter ou gêner la compréhension. La recherche montre qu’il existe une vitesse optimale qui maximise la compréhension et la rétention des auditeurs, qui pour l’anglais se situe généralement autour de 150 à 160 mots par minute. s’éloigner trop de cette plage réduit la capacité de l’auditeur à saisir et à retenir l’information.

La vitesse de parole affecte l’engagement du public. Un rythme monotone peut conduire à l’ennui et au désengagement, tandis que des débits de parole variables peuvent maintenir l’intérêt et la concentration. Ajustez votre débit de parole en fonction du contenu et de la réponse du public pour rendre votre discours plus dynamique et engageant.

Le débit de parole affecte la perception qu’ont les gens de la capacité, de la confiance et de la fiabilité d’un locuteur. Les personnes qui parlent rapidement sont souvent considérées comme plus persuasives et intelligentes, mais parler trop vite peut être perçu comme nerveux ou superficiel. A l’inverse, parler trop lentement peut être interprété comme un manque de confiance ou d’intérêt.

Stratégie d’optimisation

Comprendre votre vitesse naturelle de parole et pratiquer les ajustements peuvent améliorer vos compétences en communication. L’enregistrement et l’écoute de votre discours peuvent vous donner un aperçu de vos progrès et des domaines à améliorer.

Tenez compte des besoins et des préférences de votre public. Ajuster la vitesse de votre expression en fonction de leurs attentes et de leur niveau de compréhension peut augmenter l’engagement et la compréhension.

Les pauses sont un outil puissant pour contrôler la vitesse de parole. Les pauses stratégiques peuvent mettre l’accent sur les points clés, permettre au public de traiter l’information et donner à l’orateur le temps de respirer et de réfléchir.

En résumé, la vitesse de parole est un élément important d’une communication efficace. Nous pouvons devenir de meilleurs communicateurs en comprenant les facteurs qui influencent la vitesse à laquelle nous parlons et leur impact sur nos interactions.

Ajuster le rythme de notre discours en fonction du contexte, du public et du message garantit que nos paroles sont non seulement entendues, mais comprises et appréciées.

L’étude complète est publiée dans la revue Neuropsychologie et cognition du vieillissement.

——

Vous aimez ce que vous lisez ? Abonnez-vous à notre newsletter Articles engageants, contenu exclusif et dernières mises à jour.

Regardez-nous Aperçu de la Terreune application gratuite créée par Éric Lars et Earth.com.

——





Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button