Stress Management

Voir les problèmes sous un nouvel angle est résoluble, pas insurmontable


Comment faire face lorsque le stress de la vie semble insurmontable ? Lorsque votre détresse émotionnelle devient incontrôlable, combien de temps vous faut-il pour retrouver votre calme ? Peut-être avez-vous appris de très mauvaises nouvelles concernant un ami proche. Vous êtes plus que disposé à aider, mais votre aide est également nécessaire pour résoudre les problèmes domestiques à la maison. Pendant ce temps, les exigences professionnelles augmentaient et le robinet de la salle de bain s’est cassé. Lorsque vous essayez de résoudre un problème, le sentiment de stress ne cessera jamais de vous envahir.

L’article continue après la publicité

Émotions et adaptation

Selon la psychologue Claudia Trudel-Fitzgerald et ses collègues (2023) de l’Université du Québec Trois-Rivières, les psychologues qui tentent de trouver la meilleure façon de comprendre le stress créent des distinctions artificielles entre les approches théoriques. Le but de leurs recherches est de trouver un terrain d’entente et de contribuer à proposer une nouvelle façon de considérer les émotions.

Les détails des situations qui peuvent produire un sentiment de stress, à partir de l’approche dite cognitive du stress panique Peut varier d’une personne à l’autre.En fait, ce que tu penses sous pression Peut être considéré comme un défi par d’autres. De ce point de vue, ce n’est pas la situation spécifique qui provoque une spirale émotionnelle, mais le sentiment de manquer de ressources pour faire face à la situation. Pour surmonter le stress, il vous suffit d’analyser la situation sous un angle plus positif et de développer des stratégies d’adaptation appropriées.

Ainsi, les émotions influencent dans une large mesure la compréhension du coping, mais les chercheurs ont tenté de comprendre le stress d’un point de vue pur. émotion-L’approche focale suggère que les sentiments de perte de contrôle reflètent « des changements vaguement couplés dans l’expérience subjective, savoir, le comportement et la physiologie périphérique se développent sur une période de temps relativement courte. » En d’autres termes, une fois qu’une émotion commence à devenir incontrôlable, il faut une immense force intérieure pour la contrôler.

L’article continue après la publicité

Pourquoi la théorie est-elle importante ?

Vous pensez peut-être que tous ces arguments théoriques sont bons, mais en quoi cela vous aide-t-il ? La réponse est simple : d’un point de vue cognitif et d’adaptation, vous pouvez gérer le stress en réévaluant la situation. Du point de vue du contrôle émotionnel, vous devez creuser profondément en vous-même pour trouver l’interrupteur d’arrêt. Si vous êtes coincé et que vous regardez vos émotions tourbillonner autour de vous, cela peut ne pas sembler utile. Cependant, si vous parvenez à vous poser certaines questions à mesure que ces émotions s’accumulent, vous pourrez peut-être les calmer.

Il s’avère que certains des outils de mesure les plus connus pour quantifier l’adaptation et régulation des émotions Il semble y avoir un chevauchement. Les auteurs rassemblent ces deux traditions dans un ensemble commun de projets en utilisant ce que l’on appelle des « revues de cadrage » (revues menées sous des contrôles expérimentaux stricts). Toutefois, des différences sont également apparues en termes d’efficacité relative de leurs effets facilitateurs. Élasticité.

Leurs résultats suggèrent qu’en fait le cadrage présente des avantages. gérer Le stress vient de l’adaptation plutôt que de la régulation des émotions. Comme Trudel-Fitzgerald et coll. Notez que les méthodes d’adaptation offrent un ensemble d’options plus pratiques permettant aux personnes de faire face aux urgences de la vie. Ces « processus réglementaires modifiables » fonctionnent parce qu’ils sont très axés sur la pratique. En revanche, la régulation des émotions ne vous donne pas d’autres outils que celui de vous dire de vous calmer.

Prenons un exemple de recadrage d’une mauvaise situation d’une manière plus positive. Dans Positive Coping, vous seriez d’accord avec l’item : « Je transforme les obstacles en expériences positives », mais dans Emotion Regulation, vous seriez d’accord avec l’item « Je pense que les situations ont aussi leurs côtés positifs ». L’idée de « surmonter les obstacles » suggère de prendre une certaine forme d’action plutôt que de leur permettre passivement de s’immiscer dans votre bonheur.L’adaptation comprend également des stratégies telles que la recherche d’un soutien social « instrumental » ; la contrepartie de la régulation des émotions consiste à rechercher uniquement du soutien pour se sentir mieux, plutôt que de l’aide. lui-même. Ventiler, c’est bien, mais demander à quelqu’un d’autre de vous donner des conseils, c’est encore mieux.

Là où les émotions et les styles d’adaptation se rencontrent

L’essentiel dans tout cela est de vous demander quelle approche est la plus susceptible de vous aider à traverser les moments difficiles. Comme l’ont noté les auteurs, dans la présente étude, la régulation des émotions et l’adaptation pourraient avoir produit des résultats similaires en matière de réduction de la détresse. Cependant, au fil des années, des recherches comparant les deux perspectives ont montré que c’est l’adaptation qui produit la plus grande résilience. Les auteurs définissent cette qualité avantageuse comme « la capacité de s’adapter de manière proactive et de mieux performer que prévu ». La résilience, ce n’est pas seulement gérer ses émotions, c’est aussi gérer des situations problématiques et les améliorer.

En repensant à l’exemple précédent, vous pouvez certainement utiliser la régulation émotionnelle pour éviter de crier lorsqu’une mauvaise situation commence à dégénérer de façon exponentielle. Mais compter uniquement sur vos émotions au lieu d’essayer de résoudre le problème peut vous maintenir coincé dans un état d’acceptation qui vous empêche d’améliorer votre destinée objective dans la vie. C’est une chose d’essayer de vous sentir mieux lorsque vous êtes frustré par une situation que vous ne pouvez pas changer, mais dans quelle mesure cela aiderait-il à renforcer votre résilience si vous pouviez la changer ? Séparez la mauvaise journée que vous vivez, les choses que vous pouvez réparer (comme le robinet) de celles que vous ne pouvez pas (mauvaise nouvelle concernant votre ami). Ensuite, pour les problèmes que vous ne parvenez pas à résoudre, au lieu de vous déconnecter, utilisez des stratégies émotionnelles pour gérer la situation, comme une réévaluation positive ou une acceptation.

L’article continue après la publicité

Résumer, Il existe d’autres raisons que de simples raisons académiques pour considérer la régulation des émotions en termes d’adaptation. Développer une plus grande résilience ne consiste pas seulement à contrôler ses émotions, mais également à comprendre et à gérer les circonstances qui les provoquent.

faire référence à

Trudel-Fitzgerald, C., Boucher, G., Morin, C., Mondragon, P., Guimond, A.-J., Nishimi, K., Choi, K. W. et Denckla, C. (2023). Coping et régulation des émotions : un examen des concepts et des domaines de mesure. Psychologie canadienne/Psychologie canadienne. https://doi.org/10.1037/cap0000377



Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
cv.c7.FC