Brain health

Un lien potentiel entre un long COVID-19 et des lésions cérébrales révélé


Le COVID-19, une maladie dont on pensait autrefois qu’elle affectait principalement le système respiratoire, en révèle désormais davantage sur ses effets à grande échelle. De nouvelles preuves suggèrent désormais que le Long COVID, une maladie persistante et débilitante qui fait suite à une infection aiguë au COVID-19, peut être associé à des lésions cérébrales. Cette découverte potentiellement révolutionnaire met en évidence la nécessité de poursuivre les recherches et l’attention clinique pour mieux comprendre et traiter les conséquences neurologiques du COVID-19.

Lien potentiel entre le COVID-19 à long terme et les lésions cérébrales

Une étude portant sur 351 patients atteints d’une forme grave du COVID-19 offre des informations surprenantes sur la maladie connue sous le nom de « COVID-19 ». L’étude a révélé que ces patients présentaient des signes de lésions cérébrales à long terme un an après avoir contracté le virus. Elle était caractérisée par des niveaux élevés de biomarqueurs associés à des lésions cérébrales trouvées dans des échantillons de sang, tandis que les scintigraphies cérébrales ont montré une réduction du volume dans les zones associées à l’attention. De plus, ces patients souffrent de déficits cognitifs et de problèmes de santé mentale.

Lésions cérébrales dues au COVID-19 à long terme

L’étude suggère que le COVID-19 pourrait être causé par des lésions cérébrales transmises par un virus pouvant entraîner des problèmes de santé cognitive et mentale persistants. Ces résultats fournissent des preuves objectives de lésions cérébrales chez les patients atteints du COVID-19, une condition que certains cliniciens ont négligée. Il est désormais admis que des symptômes tels que le brouillard cérébral, souvent signalés par les patients atteints de la COVID-19, pourraient provenir de ces lésions cérébrales.

See also  Est-ce que vous oubliez beaucoup ?Comment mieux se souvenir des choses et améliorer votre mémoire

L’importance des résultats de la recherche

Les implications de ces découvertes sont considérables. L’étude soulève des inquiétudes quant aux effets potentiels à long terme du vieillissement cérébral induit par le virus. Cela pourrait conduire à une démence précoce et à la maladie d’Alzheimer chez les populations vulnérables. De plus, de telles lésions cérébrales à long terme liées au COVID peuvent avoir un impact sur la vie quotidienne et nécessiter des plans de traitement et de réadaptation ciblés.

Vulnérabilité et traitements à long terme au COVID-19

Des études ont montré que les personnes ayant des antécédents d’allergies, d’anxiété ou de dépression, d’arthrite et de maladies auto-immunes, ainsi que les femmes, semblent être plus sensibles au COVID-19. Malgré les défis, il y a de bonnes nouvelles. Les vaccins pourraient réduire le risque de contracter la COVID-19, et de nouveaux tests pourraient bientôt permettre de diagnostiquer la COVID-19 en identifiant des biomarqueurs spécifiques. De plus, des résultats de guérison prometteurs ont été rapportés chez des patients traités avec le cocktail d’anticorps monoclonaux casirimab.

pensées finales

En conclusion, découvrir le lien potentiel entre Long COVID et les lésions cérébrales est une étape importante dans la compréhension de l’impact plus large du COVID-19. Il souligne l’importance de continuer à étudier les effets à long terme du virus, de développer des traitements efficaces et de fournir des services de soutien aux personnes vivant avec le virus. Alors que nous continuons à lutter contre la pandémie, ces résultats nous rappellent avec force la gravité de la COVID-19 et l’importance cruciale de la vaccination et d’autres mesures préventives.



Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button
cv.c7.FC