Healthy food

Négociations sur le prix des médicaments Medicare : le juge rejette le procès PhRMA


Des militants protestent contre le prix des médicaments sur ordonnance devant le bâtiment du ministère américain de la Santé et des Services sociaux (HHS), le 6 octobre 2022 à Washington, DC.

Arbre d’argent d’Anna | Getty Images

Lundi, un juge fédéral a rejeté litige Défi lancé par un important groupe de pression de l’industrie pharmaceutique et deux autres organisations De nouveaux pouvoirs pour l’assurance maladie prix négocié médicaments sur ordonnance coûteux.

Cette décision constitue une première victoire pour l’administration Biden, qui est aux prises avec une multitude de problèmes. Autres défis juridiques Les fabricants de médicaments ont Négociation du prix des médicaments pour l’assurance médicale. Les politiques clés de la loi sur la réduction de l’inflation visent à rendre les médicaments plus abordables pour les personnes âgées, mais pourraient réduire les bénéfices de l’industrie pharmaceutique.

La décision du juge ne mettra pas fin à la bataille juridique autour de cette politique, qui pourrait éventuellement aboutir jusqu’à la Cour suprême. Plus tôt ce mois-ci, Medicare a publié des devis préliminaires aux fabricants pour les 10 premiers médicaments participant aux négociations, les prix finaux négociés devant entrer en vigueur en 2026.

Le juge américain David Ezra du district ouest du Texas s’est rangé du côté de l’administration Biden, rejetant un procès intenté par la Pharmaceutical Research and Manufacturers of America (PhRMA), la Global Colon Cancer Association et la National Association of Infusion Centers, qui affirmaient que la négociation des prix est inconstitutionnelle.

Dans une décision de 14 pages, Ezra a explicitement rejeté le procès de la National Infusion Center Association (NICA), affirmant que le tribunal n’avait pas compétence pour connaître de la contestation judiciaire du groupe. Il a écrit que les réclamations de la NICA relèvent de la loi Medicare et ne peuvent être entendues par les tribunaux qu’après un examen administratif par l’agence fédérale.

Étant donné que la NICA était le seul plaignant dans le district, Ezra a rejeté le reste de l’affaire.

La porte-parole de PhRMA, Nicole Longo, a déclaré à CNBC dans un communiqué : “Nous sommes déçus de la décision du tribunal, qui ne répond pas aux questions de fond de notre procès, et nous réfléchissons à nos prochaines étapes juridiques.” PhRMA représente bon nombre des plus grands fabricants pharmaceutiques mondiaux, notamment Eli Lilly et compagnie, Pfizer et Johnson & Johnson.

See also  Nationals Park remporte le prix de la meilleure gastronomie Ballpark

Mais PhRMA et deux autres organisations peuvent faire appel de la décision.Les experts juridiques affirment que l’industrie pharmaceutique veut Obtenez des décisions contradictoires Une cour d’appel fédérale peut rapidement porter l’affaire devant la Cour suprême.

Une série de grandes sociétés pharmaceutiques ont été sélectionnées pour des négociations, notamment J&J, Mercket Bristol Myers Squibb, ont intenté des poursuites distinctes contestant la constitutionnalité des négociations sur les prix. Les affaires sont toujours pendantes.

Notamment, un juge fédéral de l’Ohio a rendu une décision en septembre rejetant injonction préliminaire Recherché par la Chambre de Commerce, l’un des plus grands groupes de lobbying du pays, Il vise à empêcher les négociations sur les prix avant le 1er octobre.

PhRMA, NICA et la Global Colon Cancer Association ont intenté une action en justice en juin, affirmant que les négociations donnaient trop de pouvoir au ministère de la Santé et des Services sociaux.

Le procès soutient également que les négociations sur les prix ont violé le huitième amendement parce qu’elles incluaient des taxes d’accise « substantielles » destinées à forcer les fabricants de médicaments à accepter les prix des médicaments imposés par le gouvernement.

Les groupes soutiennent également que les négociations sur les prix violent une procédure régulière en refusant aux sociétés pharmaceutiques et au public de donner leur avis sur la manière dont les négociations sur Medicare devraient être menées.

Les avocats du ministère de la Justice représentant le ministère de la Santé et des Services sociaux ont rétorqué que la NICA n’avait pas qualité pour agir car elle ne fabrique ni ne vend de médicaments sur ordonnance qui pourraient être affectés par les négociations.



Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button