Brain health

Message de la ministre de la Santé, du ministre de la Santé mentale et des Dépendances et sous-ministre de la Santé et de la ministre des Femmes, de l’Égalité des genres et de la Jeunesse – Semaine de la santé sexuelle


12 février 2024 | Ottawa (Ontario) | Agence de la santé publique du Canada

Chaque mois de février, nous commémorons semaine de la santé sexuelle Sensibiliser et promouvoir les ressources pour améliorer la santé sexuelle au Canada. Le thème de cette année, « La santé sexuelle est importante pour tout le monde », souligne que la santé sexuelle est un élément important de notre santé globale à tout âge. Nous savons également que les personnes 2SLGBTQI+, les communautés autochtones, noires et ethniques, les personnes handicapées, les migrants et les immigrants, ainsi que les femmes et les jeunes, sont tous des groupes mal desservis et n’ont souvent pas accès à l’information sur la santé.

La santé sexuelle est directement liée à notre santé mentale et sexuelle, à notre développement physique et à notre capacité à entretenir des relations saines.

La santé sexuelle, c’est aussi était informéadopter une attitude positive et respectueuse envers le sexe, comprendre le consentement et disposer des bonnes informations pour prendre des décisions éclairées concernant notre corps.

De nombreux Canadiens hésitent encore à accéder aux services de santé sexuelle parce que la stigmatisation et la discrimination alimentent les sentiments de honte. Afin d’améliorer l’accès aux soutiens, à l’information et aux services en matière de soins de santé sexuelle et reproductive pour les populations mal desservies, le gouvernement du Canada finance des organismes communautaires pour soutenir des activités telles que l’élaboration de matériel de formation inclusif pour les prestataires de soins de santé sexuelle et reproductive et des campagnes de sensibilisation du public et l’organisation de voyages. et un soutien logistique aux personnes ayant accès aux services d’avortement.

Les infections sexuellement transmissibles et transmissibles par le sang (ITSS) sont évitables, traitables et, dans de nombreux cas, guérissables, mais elles demeurent un problème de santé publique important et l’incidence de nouveaux cas est en augmentation.

Notre gouvernement veut changer cela. Durant le 24ème Conférence internationale annuelle sur le sida en août 2022, Le Canada signe la déclaration mondiale « Indétectable équivaut à Intransmissible (U=U) ». U=U est basé sur des preuves scientifiques qui montrent que le VIH ne peut pas être transmis pendant les rapports sexuels lorsque les personnes vivant avec le VIH suivent un traitement et que les taux de virus dans leur sang restent faibles. U=U C’est important car cela remet en question la stigmatisation et la discrimination entourant le VIH, mais encourage également les gens à se faire tester et traiter, améliorant ainsi leurs chances de prévenir la propagation du VIH.

See also  Une étude soulève des inquiétudes concernant la santé mentale de la population vieillissante de l'Inde

Nous sommes toujours inquiets Augmentation significative des cas de syphilis déterminé au cours de la dernière décennie. Bien qu’elle puisse être guérie avec des antibiotiques, si elle n’est pas traitée, la syphilis peut causer de graves problèmes de santé, les symptômes les plus graves affectant le cœur, le cerveau et le système nerveux. La syphilis non traitée peut également être transmise au fœtus pendant la grossesse et entraîner des problèmes de santé permanents chez le bébé. Le gouvernement du Canada a récemment lancé une campagne de sensibilisation à la syphilis ciblant les personnes vivant dans les régions où les taux d’infection sont les plus élevés, notamment l’Alberta, la Saskatchewan, le Manitoba, l’Ontario, les Territoires du Nord-Ouest et la région du Nunavut. Les publicités ciblaient le grand public et les prestataires de soins de santé, encourageant les personnes sexuellement actives à se faire tester pour la syphilis dans le cadre de leurs soins de santé de routine.

N’importe qui peut réduire le risque d’ITSS en utilisant des barrières telles que des préservatifs et des digues dentaires, en se soumettant régulièrement à des tests s’il a des relations sexuelles avec de nouveaux ou de multiples partenaires et en suivant le traitement contre l’infection prescrit par un professionnel de la santé.

Durant la Semaine de la santé sexuelle, réfléchissons et reconnaissons comment la santé sexuelle peut faire partie de notre santé globale. Comprendre la santé sexuelle est un élément important et nécessaire de notre bien-être.

L’honorable Mark Holland, CP, député
L’honorable Ya’ara Saks, CP, députée
L’honorable Marci Ien, CP, députée



Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button