Emotional relationships

L’impact du trouble de la personnalité limite sur la jalousie et le maintien des relations


Résumé: Les personnes ayant des traits de personnalité borderline (TBD) sont plus susceptibles d’être méfiantes et jalouses, ce qui peut affecter considérablement leurs relations amoureuses. Cette suspicion conduit à toute une gamme de comportements de rétention du partenaire, allant de l’affection et du soutien à la critique et à la maltraitance.

L’étude met en évidence le rôle complexe des traits du trouble borderline dans la façon dont les individus réagissent aux relations amoureuses, soulignant l’impact critique de la régulation des émotions sur la dynamique relationnelle. Il souligne la nécessité d’une compréhension plus approfondie de l’impact des traits du trouble borderline sur les relations, et donc d’un aperçu des stratégies positives et négatives utilisées pour fidéliser les partenaires.

Faits marquants:

  1. Les individus présentant des traits de trouble borderline présentent des niveaux plus élevés de suspicion et de jalousie, ce qui affecte la façon dont ils retiennent leur partenaire.
  2. Cette jalousie peut conduire à des comportements à la fois positifs (offrant des avantages) et négatifs (entraînant des coûts) dans la relation.
  3. Les résultats de l’étude, basés sur des données autodéclarées et un échantillon en ligne, soulignent les liens complexes entre les traits du trouble borderline et la dynamique relationnelle.

source: actualités en neurosciences

Virgil Zeigler-Hill et Jennifer Vonk récemment genre Découvrez la dynamique complexe de la façon dont les traits de personnalité limites influencent les relations amoureuses, en mettant l’accent sur les mécanismes de la jalousie douteuse.

Cette étude révèle que les individus présentant des traits distincts associés au trouble de la personnalité limite (TBD) naviguent dans les interactions amoureuses à travers une gamme de comportements conçus pour maintenir l’intimité avec leurs partenaires.

Qu’il s’agisse d’exprimer de l’amour et du soutien ou d’adopter des comportements plus nuisibles tels que la critique, la négligence ou la maltraitance, ces comportements sont profondément liés à des sentiments suspects de jalousie.

Cela montre un couple.
Cette enquête sur la dynamique des relations amoureuses entre individus présentant des traits de personnalité limites met en évidence le rôle critique de la jalousie suspecte.Source de l’image : Actualités en neurosciences

Le trouble borderline se caractérise par une instabilité significative dans les relations, l’image de soi et l’humeur, ainsi que par une impulsivité marquée. Le trouble se manifeste généralement dans diverses conditions au début de l’âge adulte.

Les individus peuvent ressentir une colère intense, une dépression et une anxiété qui peuvent durer de quelques heures à quelques jours. Zeigler-Hill et Vonk ont ​​étendu ces résultats pour inclure les personnes qui présentent des traits de personnalité limites mais qui peuvent ne pas répondre à tous les critères d’un diagnostic de trouble borderline.

Ces personnes présentent toujours des tendances à la dérégulation émotionnelle, à la peur de l’abandon, à des sautes d’humeur fréquentes et à des difficultés à contrôler leur colère, ce qui affecte à leur tour leurs relations amoureuses.

Dans leur étude, les auteurs ont divisé les stratégies de rétention du partenaire en deux types principaux : les comportements qui apportent des avantages et ceux qui imposent des coûts.

Les comportements générateurs de bénéfices sont conçus pour avoir un impact positif sur le bien-être d’un partenaire en exprimant son affection et son soutien. D’un autre côté, les actions qui génèrent des coûts peuvent avoir des conséquences négatives, notamment des critiques, de la négligence, de la malhonnêteté ou des abus.

Les résultats de l’étude soulignent que la jalousie suspecte, caractérisée par des doutes sur la fidélité d’un partenaire sans preuves solides, découle souvent d’insécurités ou de peurs personnelles, et est un comportement de personnes présentant des traits de personnalité limites et des facteurs déterminants importants.

Les chercheurs ont rapporté que les participants présentant des niveaux plus élevés de traits de personnalité limites présentaient une plus grande tendance à la jalousie suspecte. Cette forme de jalousie, à son tour, augmente la probabilité qu’ils adoptent des comportements qui apportent des avantages (comme des expressions d’affection et de soutien) et des comportements qui imposent des coûts.

See also  Des psychologues expliquent pourquoi vous pourriez tomber amoureux de l'intelligence artificielle

L’étude souligne notamment que si les comportements qui procurent des avantages peuvent renforcer le lien entre les partenaires en favorisant la confiance et l’intimité, les comportements qui imposent des coûts, en particulier ceux impliquant des critiques, de la négligence et des abus, peuvent miner la confiance, réduire la satisfaction relationnelle et conduire à des problèmes. la fin de la relation.

Statistiquement, l’étude a noté une corrélation significative entre les traits de personnalité limites et le recours accru à des stratégies de rétention du partenaire, tant positives que négatives. Plus précisément, les individus présentant des traits de personnalité limites plus élevés sont plus susceptibles de s’engager dans des comportements coûteux pour retenir un partenaire, démontrant une interaction complexe entre la dérégulation émotionnelle, la peur de l’abandon et la dynamique relationnelle.

Cette étude fournit une compréhension nuancée de la manière dont les traits de personnalité limites façonnent le paysage des relations amoureuses, soulignant la double nature de la jalousie suspecte dans la promotion de comportements visant à retenir un partenaire.

Bien que l’étude fournisse des informations, elle reconnaît également qu’elle s’appuie sur des données autodéclarées et des échantillons en ligne, ce qui suggère qu’une enquête plus approfondie par le biais d’études observationnelles est nécessaire pour valider et étendre ces résultats.

En révélant la relation complexe entre les traits de personnalité limites, la jalousie suspecte et les comportements de rétention du partenaire, les recherches de Ziegler-Hill et Funk innovent dans la compréhension et la résolution des défis auxquels sont confrontés les individus présentant ces traits de personnalité dans les relations amoureuses.

Actualités de la recherche sur la santé mentale, le trouble borderline et les relations

auteur: Bulletin des neurosciences
source: actualités en neurosciences
touche: Newsletter des neurosciences – Actualités des neurosciences
image: Image via Actualités Neurosciences

Recherche originale : Accès libre.
Traits de personnalité limites et comportement de rétention du partenaire : le rôle médiateur de la méfiance et de la jalousie réactive.» Par Virgil Zeigler-Hill et al. genre


Abstrait

Traits de personnalité limites et comportement de rétention du partenaire : le rôle médiateur de la méfiance et de la jalousie réactive.

Nous avons examiné le rôle possible que jouent la jalousie suspecte et la jalousie réactive dans l’association entre les traits de personnalité limites (BPF) et le comportement de rétention du partenaire.

Étude 1 (azote = 406) ont constaté que le BPF avait une association indirecte positive avec un comportement apportant des bénéfices et un comportement générateur de coûts par envie suspecte, mais pas par envie réactive.

Étude 2 (azote = 334 (échantillon dyadique de 167 couples romantiques)) a révélé des effets d’acteur tels que le BPF avait une association indirecte positive avec une jalousie suspecte et un comportement générateur de coûts chez les hommes et les femmes.

De plus, l’association positive entre le BPF et le comportement en matière de protection sociale était médiée par la jalousie réactive chez les femmes, mais pas chez les hommes.

Le seul effet sur le partenaire qui a émergé de ces analyses a montré que le FBP des femmes était négativement lié aux comportements de protection sociale déclarés par leurs partenaires masculins.

La discussion se concentre sur les implications de ces résultats sur le rôle que la jalousie peut jouer dans les stratégies utilisées par les personnes atteintes de BPF pour entretenir des relations amoureuses.



Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button