Stress Management

Le rôle du virome dans la gestion du stress et la santé intestinale


Le corps humain est un vaste écosystème qui abrite une vaste gamme de micro-organismes essentiels à notre santé et à notre bien-être. Parmi eux, le microbiote intestinal, composé de bactéries, virus, champignons et autres micro-organismes, joue un rôle primordial dans le maintien de notre santé. Parmi eux, le virome, en tant que composant important du microbiome, a attiré de plus en plus d’attention ces dernières années. Des recherches récentes montrent que les viromes, en particulier les bactériophages, peuvent avoir un impact profond sur notre réponse au stress et sur la santé intestinale en général.

Axe virome et microbiote-intestin-cerveau

Une étude publiée dans la revue Nature (source) a examiné le rôle du virome dans la réponse de l’axe microbiote-intestin-cerveau au stress. Les chercheurs ont mené deux expériences sur des souris mâles, le groupe stressé étant soumis à un stress de défaite sociale chronique. Les viromes fécaux provenant de collections fécales pré-stress ont été utilisés pour le gavage oral dans le groupe stressé FVT. L’étude combinait des tests comportementaux, une analyse cytométrique en flux immunologique, une quantification de la corticostérone et une analyse des cytokines inflammatoires. De plus, un séquençage métagénomique et un séquençage d’ARN ont été réalisés.

L’étude met en évidence les avantages potentiels de la phagothérapie dans la lutte contre le stress et souligne l’importance du virome dans la promotion de la santé intestinale et cérébrale. Ces résultats donnent un aperçu des interactions dynamiques entre les phages et les hôtes au sein du microbiote et de leur potentiel de gestion du stress.

Impact du virome sur le comportement et les réponses immunitaires

Le stress chronique entraîne chez la souris des changements comportementaux, immunitaires et bactériologiques qui sont associés à des changements dans les taxons de virus de type phage caudovirus et non attribués. Il est intéressant de noter que le transfert du virome fécal a permis d’éviter les séquelles comportementales liées au stress et de restaurer les changements induits par le stress dans certaines populations de cellules immunitaires circulantes, la libération de cytokines, les altérations du bactériome et l’expression des gènes de l’amygdale. Ces résultats suggèrent que le virome joue un rôle dans la régulation de l’axe microbiote-intestin-cerveau en période de stress, ce qui suggère que ces viromes devraient être pris en compte lors de la conception de futures thérapies axées sur le microbiome.

See also  Vivre sans stress : 7 poses de yoga relaxantes pour soulager le stress quotidien

Thérapie antirétrovirale (TAR) et microbiome intestinal

Dans une autre étude publiée dans le Journal of Microbiome (source), des chercheurs ont étudié l’impact du traitement antirétroviral (TAR) sur l’immunité et la composition du microbiome intestinal chez les personnes vivant avec le VIH (PVVIH) rurales et urbaines au Zimbabwe. Les chercheurs notent que même avec un traitement antirétroviral efficace, les personnes infectées souffrent souvent d’une activation immunitaire chronique et d’une inflammation élevée, associées à une mauvaise récupération des lymphocytes T CD4 et à l’apparition prématurée de comorbidités liées au VIH ne définissant pas le SIDA.

L’étude a révélé que la composition du microbiome intestinal était la plus altérée chez les PVVIH ayant subi un TAR, avec une diversité alpha réduite et une composition altérée. Cela suggère également que le microbiome intestinal joue un rôle important dans la progression de la maladie lors d’infections non contrôlées. Il est intéressant de noter que l’étude a révélé des différences dans les réponses immunitaires après un contrôle virologique dans les zones rurales par rapport aux zones urbaines, le TAR réussi étant moins efficace pour réduire l’inflammation associée au microbiome intestinal et l’activation des lymphocytes T chez les individus infectés dans les zones rurales par rapport aux zones urbaines du Zimbabwe.

Ensemble, ces études mettent en évidence l’importance du virome dans la gestion du stress et la santé intestinale. Comprendre les interactions entre le virome, le microbiome et l’hôte pourrait ouvrir la voie à de nouvelles stratégies de traitement pour divers problèmes de santé, notamment les maladies liées au stress et les maladies infectieuses. Cependant, d’autres études sont nécessaires pour élucider pleinement le rôle du virome dans la santé et les maladies humaines.



Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button