Brain health

Comment gérer l’anxiété : la réponse réside peut-être dans votre instinct


Vous connaissez peut-être le « sentiment instinctif » suivant anxiété Cela s’accompagne de situations sociales inhabituelles : votre cœur s’emballe, vos paumes deviennent moites et vous avez un nœud visible dans l’estomac. Mais et si la racine de cette réaction d’anxiété ne résidait pas seulement dans votre cerveau ? Et si cela provenait de l’écosystème complexe en nous appelé l’intestin ? microbiote?La recherche explore les liens entre anxiété sociale La maladie et le microbiome intestinal révèlent des liens surprenants entre notre monde microbien intérieur et nos expériences émotionnelles.

L’article continue après la publicité

Le trouble d’anxiété sociale touche des millions de personnes dans le monde, provoquant une détresse sociale. Une étude récente Un article publié dans les Actes de la National Academy of Sciences (PNAS) révèle un lien fascinant entre l’anxiété sociale et le microbiome intestinal.La recherche montre que les personnes souffrant de trouble d’anxiété sociale possèdent un microbiote intestinal unique qui, lorsqu’il est transplanté chez la souris, provoque changement de comportementnotamment l’augmentation du niveau social Peur. Cette découverte révolutionnaire révèle de nouvelles dimensions dans la compréhension des interactions complexes entre l’intestin, le cerveau et le comportement.

Qu’est-ce que le microbiome intestinal ?

Le microbiome intestinal est la communauté diversifiée de micro-organismes présents dans notre tube digestif. Cet écosystème, composé de bactéries, virus, champignons et autres micro-organismes, joue un rôle essentiel dans le maintien de notre santé et de notre bien-être général. Le microbiome intestinal facilite non seulement la digestion, mais affecte également divers processus physiologiques, notamment la fonction immunitaire, le métabolisme et même la fonction cérébrale.

Plusieurs facteurs déterminent la composition et la diversité du microbiome intestinal.psychologie pression Cela peut perturber l’équilibre des microbes intestinaux et entraîner divers problèmes de santé, notamment des troubles de santé mentale. La nourriture que nous consommons peut avoir un impact profond sur le microbiome intestinal. UN régime Une alimentation riche en fibres et en une variété d’aliments d’origine végétale favorise un microbiome sain, tandis qu’une alimentation riche en aliments transformés et en sucre peut modifier la composition microbienne. Les facteurs environnementaux, tels que l’exposition aux polluants et aux antibiotiques, affectent également le microbiome intestinal. En particulier, l’utilisation d’antibiotiques peut détruire la diversité et la composition des micro-organismes.

L’article continue après la publicité

Comment le microbiome intestinal influence-t-il le comportement ?

Diverses études, par ex. un Des chercheurs de l’Université d’Oxford ont comparé des microbes intestinaux spécifiques avec personnage Caractéristiques et états émotionnels.ce axe intestin-cerveauIl s’agit d’un système de communication bidirectionnel entre l’intestin et le cerveau et constitue le mécanisme par lequel les microbes intestinaux influencent le comportement. Vous pourriez être surpris d’apprendre que les microbes peuvent également produire des neurotransmetteurs tels que la sérotonine et l’acide gamma-aminobutyrique (GABA), qui jouent un rôle crucial dans la régulation de l’humeur et du comportement. Les bactéries intestinales produisent environ 95 % de la sérotonine du corps, ce qui affecte l’humeur et l’activité gastro-intestinale. Comprendre l’impact de l’axe intestin-cerveau sur le comportement peut ouvrir la voie à de nouvelles stratégies préventives et à des interventions liées au mode de vie visant à promouvoir la santé mentale et le mode de vie. Élasticité tout au long du cycle de vie.

See also  Les antidépresseurs pris chaque année par 400 000 femmes enceintes aux États-Unis pourraient endommager le cerveau des bébés dans l'utérus et augmenter leur risque de futurs problèmes de santé mentale, selon une étude

Différences dans le microbiome intestinal des patients souffrant d’anxiété sociale

Pour observer l’impact du microbiote intestinal sur les comportements socialement anxieux, les chercheurs du PNAS ont eu recours à la transplantation de microbiote fécal. Des échantillons fécaux ont été collectés auprès de donneurs humains souffrant de trouble d’anxiété sociale et de donneurs témoins sains. Les souris reçoivent des antibiotiques pour éliminer leur propre microbiote afin d’observer avec précision les effets de l’anxiété sociale ou de contrôler le microbiome. Après avoir reçu les échantillons donnés, les souris ont été testées pour évaluer leur peur sociale, leur sociabilité et leur sociabilité. savoiret les comportements d’adaptation au stress.

Une recherche publiée dans les Actes de la National Academy of Sciences a révélé des différences significatives dans le microbiome intestinal des personnes souffrant de trouble d’anxiété sociale par rapport aux témoins non anxieux. Plus précisément, le microbiome intestinal associé à l’anxiété sociale augmente la sensibilité à la peur tout en réduisant la résilience au stress et la fonction immunitaire.Ces résultats mettent en évidence la relation complexe entre le microbiome intestinal et la santé mentale, révélant comment la dysbiose intestinale peut entraîner psychiatrique Dissonance.

L’article continue après la publicité

Impact et utilisations futures

Cette étude met en évidence l’importance de maintenir un microbiome intestinal sain pour la santé globale, y compris la santé mentale. L’adoption d’habitudes de vie qui soutiennent la diversité microbienne, comme une alimentation équilibrée, riche en fibres et en probiotiques, une gestion efficace du stress et une réduction de l’utilisation inutile d’antibiotiques, peuvent contribuer à promouvoir un microbiome intestinal sain.un étude Les probiotiques se révèlent plus efficaces que les prébiotiques pour traiter l’anxiété frustré, en particulier dans les échantillons cliniques.un autre espoir étude Utilisez efficacement les probiotiques pour traiter l’anxiété en équilibrant l’environnement intestinal. Comprendre le rôle de l’axe intestin-cerveau dans la santé mentale ouvre de nouvelles voies pour des traitements potentiels, notamment les probiotiques et les greffes microbiennes comme thérapies d’appoint pour les troubles psychiatriques tels que le trouble d’anxiété sociale.

Dans l’ensemble, cette étude reliant l’anxiété sociale aux modifications du microbiome intestinal représente une avancée majeure dans notre compréhension des interactions complexes entre l’intestin, le cerveau et le comportement. En découvrant les mécanismes à l’origine de cette relation, les chercheurs ouvrent la voie à de nouvelles interventions thérapeutiques et à des approches personnalisées des soins de santé mentale. En fin de compte, donner la priorité à la santé intestinale pourrait s’avérer être une étape clé dans le renforcement de la résilience émotionnelle et du bien-être des personnes souffrant de trouble d’anxiété sociale et d’autres affections.



Source link

Related Articles

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button